L’Actu de BGE Yvelines

Les Couveuses d'entreprises plébiscitées par les entrepreneurs à l'essai

L’Union des Couveuses d'Entreprises a mandaté au cours du 1er semestre 2011 l’organisme CAP3C pour réaliser une enquête téléphonique auprès de 202 entrepreneurs à l’essai (EAE).


Objectif de l'enquête :
Montrer la plus-value du passage en Couveuse, au travers de trois aspects abordés :
- les spécificités de l’accompagnement,
- la préservation du statut social,
- la plus-value économique.
Identifier les freins que la Couveuse peut engendrer et les leviers pour l’amélioration du CAPE (Contrat d'Appui au Projet d'Entreprise, cadre juridique adopté pour la période de test).

Principaux résultats :
1. Les spécificités de l’accompagnement : la Couveuse a-t-elle permis l’apprentissage du métier d’entrepreneur ?
Les 3 principales plus-values de la Couveuse, constatées à leur sortie :
•    la possibilité de bénéficier d’un coaching individuel (selon 54 % des EAE interrogés),
•    la possibilité de tester l’existence d’une clientèle, de tester son marché et de constituer une clientèle,
•    la mise en place et la mise en pratique des outils de gestion (42 %).
Les entrepreneurs entrent en Couveuse pour tester leur projet (1ère motivation), puis ils mesurent l’effet positif du coaching et de l’apprentissage en en ayant bénéficié concrètement.

•    A 79 % les entrepreneurs à l’essai considèrent que le passage en couveuse leur a permis de renforcer leur confiance en eux.

•    73 % des entrepreneurs à l’essai estiment avoir appris à mieux organiser leur temps et à améliorer leurs capacités personnelles.
•    68 % des EAE estiment ne pas avoir développé une capacité à travailler en collectif ou en réseau.
L’objectif d’apprentissage est donc souvent atteint. En revanche, la possibilité de faire partie d’un collectif de créateurs d’entreprise est un moins évident.

Concernant leur savoir faire acquis en Couveuse, ils estiment majoritairement avoir acquis des compétences (calcul des coûts, trésorerie, repérer les clients potentiel, etc.). La Couveuse paraît moins essentielle pour préparer des demandes de financement.

2. La préservation du statut social : La Couveuse est-elle perçue comme une garantie pour conserver une couverture sociale, pour acquérir de nouveaux droits … ?
Le CAPE parait avantageux principalement pour :

•    le passage progressif vers la création d’entreprise (92 % des EAE interrogés),
•    la durée du CAPE (90 %),
•    le maintien des allocations chômage ou solidarité (90%),
•    Le statut et la couverture sociale (86 %),
•    La responsabilité juridique vis-à-vis des tiers (85 %).

La fiscalité des revenus perçus pendant la période Couveuse fait un peu moins l’unanimité, puisque 66 % des EAE ne s’en disent pas satisfaits.
Pour une grande partie des EAE (44 %), le terme de la durée maximale du test prévue dans le CAPE a entraîné la sortie de la Couveuse. Autrement dit, l’EAE a exploité au maximum la possibilité qui lui était offerte d’être « porté » par la Couveuse.

3. La plus value économique : La Couveuse a-t-elle facilité le développement de l’entreprise ? La situation de l’entreprise est-elle favorable aujourd’hui ?

•    90 % des EAE interrogés étaient encore en activité au moment de l’enquête (personnes ayant crée leur entreprise entre le 1/01/2008 et le 31/12/2010).
•    75 % des personnes interrogées considèrent que la situation de leur entreprise est plutôt bonne (atteinte des objectifs de CA, niveau de revenu satisfaisant), même s’il ne faut pas perdre de vue qu’un quart de ces personnes se jugent en difficulté.
•    72 % des personnes interrogées jugent la progression de l’entreprise satisfaisante en terme de CA, alors que 43 % seulement la jugent satisfaisante en terme de revenus.

Concernant le développement de leur activité, l’optimisme est de mise puisque 82 % des EAE interrogés considèrent les perspectives comme bonnes, notamment grâce à la qualité des contacts commerciaux, plus que par une conjoncture favorable ou une demande forte.

Principaux enseignement:
Les EAE ne regrettent pas leur choix de passer en Couveuse, qui s’est révélé indispensable pour 34.7 % d’entre eux et utile pour 60.40 %. En définitive, le passage en Couveuse répond assez bien aux attentes initiales, permet de découvrir l’intérêt d’être accompagné et se révèle un peu décevant dans la relation au collectif.

Sur le plan administratif, le niveau de satisfaction sur cette forme de contrat est plutôt élevé. Il permet, après quelques mois hors du cadre Couveuse, de constater qu’une large majorité de ces jeunes entreprises sont plutôt en bonne santé et que ces nouveaux chefs d’entreprises sont globalement optimistes sur les perspectives de leur activités.

Vous retrouverez  l’ensemble de l’enquête sur : www.uniondescouveuses.com

 
 

Contactez-nous

Pour toute information sur nos offres ou pour demander un rdv GRATUIT, vous pouvez compléter le formulaire ci-dessous.

Le nom n'est pas valide
Le nom de la ville n'est pas valide
L'email n'est pas valide
Le numéro de téléphone n'est pas valide
Veuillez selectionner une option
Ce champs est obligatoire

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par BGE Yvelines pour répondre à votre demande d'informations (notamment par l'envoi de mailings, dont vous pourrez vous désabonner). Elles sont conservées pendant 3 ans et sont destinées au service administratif. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant BGE Yvelines, soit par courrier : 6 avenue de la Mauldre, ZA de la Couronne des Prés, 78680 Epône, soit à l'aide de ce formulaire.